USD CGT 06 : TOUJOURS AU CŒUR DE L’ACTION

Le 14 février, l’appel intersyndical autour des attaques subies par la convention 66 a permis un peu partout sur le territoire la mise en place d’initiatives dans les établissements convention 66.

A l’occasion de distributions de tracts, d’assemblées générales, de nombreuses discussions se sont engagées entre salarié-es et militant-es CGT autour du besoin de construire dans les établissements un rapport de force solide et coordonné sur le territoire pour exiger l’arrêt des politiques nationales d’austérité et l’accès à de nouvelles conquêtes sociales, comme la protection sociale, le financement des besoins humains ou la démocratie dans et hors l’entreprise.
Dans le département, les syndicats se sont déployés sur de nombreuses structures. L’ADSEA 06, l’association Montjoye, l’ADAPEI et certainement d’autres ont pu relayé l’appel. 
 
La question qui se pose aujourd’hui est bien entendu celle des suites à donner.
Dans ce cadre là les syndicats sont invités à s’emparer :
  • du congrès de l’USD le 13 avril 2018
  • du congrès fédéral qui doit se tenir du 28 au 1er juin 2018 et de la préparation que nous vous proposons le 23 mars après midi, nous vous ferons parvenir une invitation
Début 2018 commence très fort. Face aux attaques qui s’accélèrent, des capacités de mobilisation se révèlent, comme celle des EHPAD, un secteur particulièrement sinistré avec un salariat très fragilisé. D’ailleurs aujourd’hui l’intersyndicale nationale des EHPAD se réuni pour décider d’un prochain appel. Concernant La CGT, une volonté s’engage à entraîner ce mouvement jusqu’aux débats sur le PLFSS 2019.
Les politiques d’austérité et la déréglementation du travail permettent la démultiplication des départs de feu sur l’attaque des droits des salarié-es: accords d’entreprise remis en cause, toutes les conventions collectives nationales attaquées, le statut de la fonction publique n’est pas en reste notamment avec la mise en place d’un texte permettant le licenciement des fonctionnaires pour manque de poste, réduction des droits syndicaux…plus évidemment la déqualification des emplois, la réduction des effectifs…
Alors continuons, à partir de nos réalités, à mettre en oeuvre la démarche CGT.
N’hésitez pas par retour de mail à nous faire part de vos remarques, vos suggestions.
Nous restons disponible pour un échange.

TOURNAIRE : EN 2018… NOUS VOULONS UNE AUGMENTATION COMME CELLE DU PATRON !

Au cours de  la dernière réunion de négociation la direction n’a pas voulu entendre la protestation des grévistes de la journée du 13 décembre 2017 provenant principalement des ateliers.
Refusant de discuter sur une prime exceptionnelle la CGT a émis sa  dernière condition minimale pour une signature  de 40€ d’augmentation pour tous les salariés.
Malheureusement FO prétendant être le garant de l’intérêt de TOUS  a confirmé les dires de la direction estimant  que 35€ d’augmentation et 6€ pour la mutuelle est un bon accord.

Peut être que la mutuelle rembourse des piqûres de motivation, car avec un tel accord elle risque d’être fortement atténuée… 

Les salariés non adhérents à la mutuelle vous disent MERCI !!!!

D’ailleurs le conseil de surveillance l’a bien compris en doublant l’une des rémunérations de notre patron en juin dernier. Etonnant  que la direction ne partage pas cette vision pour ses salariés !!!!!

Messieurs les signataires (FO, Direction) la reconnaissance du travail fourni qui a permis  la progression économique de notre entreprise passe par la revalorisation de nos  salaires.

La CGT met en garde la direction, maintenant elle doit changer sa vision  afin d’éviter  des conflits que nous n’avons jamais souhaité, mais qui cherche trouve.

A force les salariés sont excédés par ce simulacre de négociation   ATTENTION !!!

N’ HESITEZ PAS A VENIR NOUS RENCONTRER POUR DISCUTER
MAIS SURTOUT RESTONS UNIS POUR    L’INTERET DE TOUS

BONNE ET HEUREUSE ANNEE !!!!!!

GRASSE : UNE HISTOIRE DE LA CGT « DANS LA VILLE ET DANS LA VIE »

Paul Brahim publie pour la première fois l’histoire de la plus ancienne et première organisation syndicale grassoise.

Journaliste à Var-Matin, puis à Nice-Matin, Paul Brahim est aussi auteur d’un roman policier « De cinq à sept » (Ed. Tac-Motifs) et de livres de recherches historiques.
Il a d’abord publié un livre sur l’histoire de la ligne de chemin de fer Nice-Meyragues « A Tanneron… il faut passer par le pont » (Ed. Tac-Motifs).
En abordant la longue histoire de l’Union Locale des syndicats de la CGT, il fait oeuvre de pionnier.
Car, curieusement, l’histoire de la plus ancienne confédération syndicale grassoise et la plus influente n’avait jamais fait l’objet d’un livre.
Au fil des pages de  » La CGT dans la ville et dans la vie » -ouvrage que Paul Brahim compte bien continuer d’enrichir de nouvelles recherches et d’apports provenant aussi bien du travail d’archives que des  syndicalistes des milieux sociaux économiques grassois- on découvre un pan essentiel et passionnant  de la vie économique et sociale de la Cité des Parfums et les acteurs connus ou anonymes de bien des pages qui ont marqué l’histoire locale .
Paul Brahim présentera son ouvrage et en débattra lors d’une rencontre
samedi 27 janvier 2018 à partir de 11h à l’Union Locale CGT
11 rue Gazan à Grasse.

L’entrée est libre. 
La rencontre sera suivie d’un apéritif amical          .

Notre camarade Patrice Cattaert nous a quittés

Notre camarade Patrice Cattaert s’en est allé, terrassé par une impitoyable et cruelle maladie. Il avait à peine 61 ans et sa retraite tout juste validée.

Patrice aura résisté jusqu’au bout, faiblir ne faisait pas partie de son vocabulaire. Son enveloppe charnelle a donc quitté ce monde qu’il voulait toujours meilleur, mais son esprit sera toujours là, avec nous.

Patrice était né à Saint-Dizier, Haute-Marne, le 28 décembre 1956.

En 1982 il arrive à Grasse et travail comme infirmier en psychiatrie à l’hôpital Clavary.

Il devient permanent de la CGT en 1997. Il a été secrétaire général du syndicat CGT des Hospitaliers de 2001 à 2012.

Il parcourait les services à la rencontre des personnels pour les aider, les conseiller, les informer, toujours à leur écoute, sans ménager sa peine. Il savait allier des relations cordiales et monter au créneau quand il le fallait, sans consensus, toujours ferme sur les positions de la CGT.

Il prend aussi ses responsabilités au niveau départemental toujours dans le secteur hospitalier. Il a était membre du conseil de surveillance du Centre hospitalier de Grasse et membre du conseil d’administration de la Mission locale pour l’emploi. Il a été aussi conseiller municipal de 2008 à 2014. Il était administrateur du « Comité de défense Hôpital Santé Publique. »

A l’Union locale de Grasse il était membre de la direction et avait la charge de la formation syndicale.

Toutes nos pensées vont à Frédérique, son épouse, que nous soutenons sans faille en ces moments terribles. Nous serons toujours avec elle.

C’est par une journée grise et pluvieuse qu’une infinie tristesse s’est écrasée sur la CGT grassoise, ce lundi 8 janvier 2018.

La cérémonie funèbre aura lieu au Crématorium de Cannes le jeudi 18 à 11h45.
Afin de nous permettre de rendre un hommage à cet homme exceptionnel vous êtes cordialement invité à partir de 13h30 au Parc à Poteaux à Grasse, lieu symbolique pour Patrice et les militants CGT grassoise.

Union locale CGT Grasse et région
Syndicat CGT des Hospitaliers de Grasse.

Les vœux de l’Union locale CGT pour l’année 2018

Les responsables de l’Union locale CGT, Grasse et région vous présentent leurs meilleurs vœux pour la nouvelle année : la santé surtout, mais aussi beaucoup d’optimisme et de courage pour faire de ce cycle une véritable période de réussite sociale.

Dans un contexte de régression sociale voulue par le Président des riches, Emmanuel Macron, et son gouvernement de millionnaires, la société juste et égalitaire mise en place à la fin du second conflit mondial par des femmes et des hommes de progrès est gravement attaquée. Comme jamais !  La CGT doit se mobiliser toujours plus : pour des emplois qui ne soient pas au rabais, pour une vraie Sécurité sociale, contre une remise en cause des droits des salariés et une ubérisation plus que rampante, qui menace toute une génération.

L’Union locale CGT Grasse & région vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année

L’Union locale CGT souhaite à tous les travailleurs de passer de bonnes fêtes de fin d’année, malgré les attaques rétrogrades du gouvernement Macron et du Medef.

Et rappelons-nous que l’abus de syndicalisme ne nuit surtout pas à la santé des travailleurs.

Bonnes fêtes à tous. Rien n’est fini, tout continue !